BaliConseils aux voyageursPréparer son voyage

Bali : Conseils aux voyageurs

Bienvenue à Bali, l’île des Dieux.

Préparer ses vacances à Bali peut vite devenir compliqué. Il y a, sur le net, à la fois énormément d’informations, mais en même temps aucune qui ne répondait à toutes les questions que je me posais.  

Suite à notre séjour d’un mois, on a regroupé pour toi ce qu’il y a à savoir sur Bali, et tous nos conseils aux voyageurs. Cette fiche technique, pourra t’aider à préparer plus facilement ton voyage. Fini le stress et les questions de dernière minute, tout est là, ou presque 😉

Bali : Conseils aux voyageurs

 


Bali, l’île des Dieux


Que ce soit de nom ou de réputation, Bali, que l’on surnomme l’île des Dieux ne laisse personne indifférent. Avec une culture unique, des paysages magnifiques et une population accueillante et chaleureuse, Bali attire chaque année de plus en plus de visiteurs. 

Un peu de géographie


Nichée entre la péninsule d’Asie du Sud-Est et l’Australie, Bali est une île située au  coeur de l’archipel Indonésien. Avec une superficie de 5633 Km² c’est l’une des îles habitées les plus petites de l’archipel qui est composée de plus de 17 000 îles, dont seulement 6 000 habitées.

Bali : Conseils aux voyageurs

L’archipel traversé par l’Équateur, est situé sur la ceinture de feu du Pacifique, ce qui explique son activité volcanique. Sa grande diversité géographique en fait une destination idéale pour tout type de voyageur.

Bali : Conseils aux voyageursLe centre de l’archipel, est traversé par une chaîne montagneuse qui comprend des pics à plus de 2 000 m d’altitude, dont le plus haut, le Mont Agung à 3 142 m. Le Mont Batur (1 717 m) est quant à lui toujours en activité. Les côtes, elles, sont bordées par de jolies plages avec une mer souvent agitée favorisant la pratique du surf. 

Un peu d’histoire


L’histoire de Bali remonte à la préhistoire, mais quelques points historiques peuvent aider à comprendre l’histoire de Bali de nos jours.

  • Au 7ème siècle, les marchands indiens introduisent l’hindouisme à Bali.
  • En 1292, Bali obtient son indépendance vis à vis de Java.
  • En 1520, Java est entièrement convertie à l’islam. Bali devient la seule île Indonésienne Hindouiste. Les prêtres et artistes migrent à Bali, renforçant ainsi la culture pour résister à la conversion.
  • En 1597 les marins néerlandais sont les premiers blancs à débarquer sur l’île, sur la plage de Kuta.
  • Entre 1795 et 1815, le contrôle de l’Indonésie passe officiellement des Néerlandais aux Français puis aux Britanniques pour revenir aux Néerlandais.
  • En 1912 arrivent les 1er touristes néerlandais à Bali.
  • En 1945 l’Indonésie prend son indépendance vis-à-vis des Pas-Bas.

La population


Bali compte plus de 4 millions d’habitants

Les Balinais sont à 80% hindous avec de fortes traditions animistes. Très proches de la nature, ils consacrent beaucoup de temps aux prières afin d’apaiser les mauvais esprits. Chaque maison possède un temple, les cérémonies, rites et fêtes balinaises rythment leur vie de tous les jours.

Découverte de Bali

87% des Indonésiens sont musulmans, dont seulement 5% à Bali, on compte également de nombreux chrétiens et bouddhistes. Peu importe leur religion, les Balinais restent des gens simples et très accueillants.

L’économie


La nature volcanique de Bali favorise l’excellente fertilité de ses terres. De plus, il pleut très  souvent dans les montagnes ce qui favorise l’irrigation des zones agricoles.

Bali vivait principalement de la culture du riz jusqu’au milieu du 20ème siècle, période à laquelle le gouvernement à décidé la diversification de la production. L’île est maintenant tournée vers l’exportation avec la culture du café, de la vanille, du tabac, des légumes et du bétail. La pêche reste une activité réservée aux pauvres. L’artisanat est également une activité dynamique, principalement destinée au tourisme et à l’exportation.

En revanche, depuis une trentaine d’années, c’est le tourisme qui représente une grande part de l’économie balinaise avec près des deux tiers des ressources de l’île. 

Le tourisme


Le tourisme à Bali s’est développé à partir des années 1930, mais surtout à partir des années 70. En 2009 le tourisme devient ainsi la principale recette de l’économie nationale. Depuis 2013, Bali accueille plus de 3 millions de touristes par an, devenant ainsi la province la plus riche d’Indonésie.

Malheureusement, les conséquences du tourisme de masse deviennent préoccupantes. La pollution et la surconsommation des ressources, ainsi que la dégradation de la nature, du patrimoine et de l’esprit même de Bali. On estime que 50% des habitants travaillent directement ou indirectement pour l’industrie du tourisme. Cette constatation va de paire avec les magouilles de plus en plus présentes dans les lieux touristiques. Plus que le touriste lui même, c’est le pays qui en pâti.

Les langues


Le bahasa indonesia, dérivé du malais, est la langue officielle en Indonésie depuis son indépendance. Bali possède sa propre variation du bahasa. Il y a également plus de 250 langues et dialectes parlés en Indonésie.

Les Balinais pratiquent également un anglais très élémentaire, sauf dans les endroits touristiques où il est parlé assez couramment. 

Un peu de vocabulaire de base à connaître :

  • Bonjour = Halo/le matin = selamat pagi
  • S’il vous plait = Silahkan
  • Merci = Terima kasih
  • Comment ça va ? = Apa kabar
  • Je m’appelle = Nama Saya

Bali : Conseils aux voyageurs


◇ Le fuseau horaire. L’heure locale est GMT+8. Le décalage horaire par rapport à la France est de +6h l’été et +7h l’hiver. Le jour se lève à 6 heures du matin et se couche à 18 heures, tout au long de l’année.

Quand y aller ? La meilleure saison pour y aller correspond à la saison sèchede Mai à Octobre.  Mai-Juin reste la période la plus sympa, tout y est vert après la mousson, et la saison touristique (JuilletAoût) n’a pas encore commencée.

◇ Comment y aller ? Il n’existe pas de vol direct depuis Paris. Il faut compter pas moins de 16h de vol jusqu’à Denpasar avec une escale obligatoire.

Faut-il un visa ? Un visa touristique de 30 jours gratuit, mais non renouvelable est délivré automatiquement à l’arrivée. En revanche pour se rendre en Indonésie avec ce visa il te faudra prouver ta sortie du territoire dans les 30 jours, ainsi que de la validité de ton passeport plus de 6 mois après la date prévue de retour. Pour un visa de plus de 30 jours, il faut demander préalablement un visa touristique payant, et demander son extension d’un mois à l’arrivée à l’aéroport (environ 50$US).

Formalité de douane. On peut emporter en Indonésie 2 litres d’alcool et 200 cigarettes. Si le prix de l’alcool est un peu élevé, les cigarettes sont vraiment données. En revanche, l’Indonésie a une politique très dure concernant les drogues pouvant aller jusqu’à la peine de mort.

La monnaie. La monnaie locale, est la roupie indonésienne (RP). Il faut s’y habituer, même pour de petites sommes, tu auras énormément de billets dans les mains, pour une fois dans ta vie, tu seras millionnaire !

Le change varie en fonction du dollar US.  La conversion lors de notre séjour était de 10 000 RP=1 $AUD ou 15 000 RP = 1 euro. Il y a des bureaux de change un peu partout. En revanche, attention aux arnaques très fréquentes, telle que la liasse de billet qui disparait par magie juste après avoir récupéré ton argent… Il est nécessaire de toujours recompter soi-même.

Les retraits peuvent également se faire un peu partout sur l’île, avec un plafond de retrait assez faible (entre 50 et 300$). Nous te conseillons de privilégier les banques avec gardiens, et éventuellement de filmer tous tes retraits en cas de fraude. La fraude à la carte bleue est un classique à Bali, et fait de nombreuses victimes chaque jour. Tu peux aussi essayer de faire disparaitre le numéro à l’arrière de ta carte bleue, il parait que ça limite les risques. De même, le paiement par carte bancaire est déconseillé.

Escapade gourmande et végétarienne à Canggu

◇ Le climat. Bali bénéficie d’un climat tropical, chaud et humide tout au long de l’année. La température varie de 27° C (saison sèche de Juin à Septembre) à 32° C (saison des pluies de Janvier à Mars). En revanche, en montagne, elle avoisine 20 à 25° C selon l’altitude.

Il y a deux saisons à Bali : la saison sèche de Mars à Octobre, et la saison des pluies de Novembre à Avril. Cela n’empêche pas qu’il puisse pleuvoir tout au long de l’année, surtout en fin de journée, et surtout dans la chaîne montagneuse. 

 L’éléctricité. Les prises sont des 220/240v aux normes européennes, donc pas besoin d’adaptateur pour les prises françaises. Tous les gîtes ou hôtels possèdent l’électricité, en revanche certains ne disposent pas de l’eau chaude, mais vu la chaleur ambiante, c’est un luxe dont on se passe assez facilement rassure-toi !

◇ La santé. Les conditions sanitaires à Bali sont les mêmes que chez nous en payant le prix. Certaines cliniques privées sont uniquement réservées aux touristes. On trouve des pharmacies partout et les pharmaciens sont souvent de bons conseils.

Les vaccins ne sont pas obligatoires pour un séjour à Bali, mais il est conseillé d’avoir ses vaccins DTP à jour. Certains médecins peuvent recommander l’Hépatite A, B, la fièvre typhoïde, la méningite et l’encéphalite japonaise pour séjourner dans les zones rurales. Dans tous les cas il s’agit d’un choix personnel.

Les maux les plus fréquents restent la classique “turista”, le coup de soleil ou le coup de froid à cause de la climatisation sur un corps fatigué dû au décalage horaire. Attention, la dengue est présente sur le territoire, tu pourras acheter de l’anti-moustique sur place. Le soleil de Bali n’est pas le même qu’en France alors pense à te protéger tous les jours et pas seulement quand tu vas à la plage. Pense aussi au chapeau surtout lors des randonnées, pour t’éviter une très désagréable insolation.

 L’eau du robinet n’est pas potable. J’en ai bu une fois par obligation et je n’ai pas été malade mais c’était peut-être un coup de chance. Mieux vaut la faire bouillir avant de la boire, ou boire uniquement de l’eau minérale.

Le prix d’une bouteille d’eau varie de 4000 (600mL) à 12 000 RP (1,5L), mais on trouve de plus en plus de fontaines d’eau minérale qui permettent de remplir sa gourde et éviter ainsi la surconsommation de plastique qui est une vraie plaie à Bali.

Découverte de Bali

Il est important de boire beaucoup d’eau pour éviter la déshydratation. Attention au très tentant jus de coco verte, certes frais et désaltérant, mais aussi à l’effet laxatif si on en abuse ! (donc contre-indiqué en cas de trusta !) Il faut aussi penser à vérifier l’état des glaçons, dans le doute demande sans. Ah, et au passage, si tu veux participer au sauvetage de la planète, demande qu’on te serve ta boisson sans paille (ta requête sera respectée une fois sur deux mais c’est déjà ça)…

◇ Les animaux. À Bali tu croiseras de nombreux chiens errants, qui sont très rarement méchants car ils ne connaissent pas la violence. Parfois tu pourras croiser de dangereux serpents (surtout dans les rizières), mais si tu les laissent tranquilles ça devrait aller !

Les macaques crabiers peuplent les forêts et fréquentent les abords des routes et des temples où ils savent qu’ils trouveront à manger. Il est important d’éviter de les nourrir car cela change leurs habitudes et les rend agressifs.

Bali : Conseils aux voyageurs

◇ Se déplacer. La conduite se fait à gauche, le permis international (accompagné du permis français) est obligatoire même pour conduire un scooter. Les contrôles des touristes sont très fréquents et les amendes peuvent aller jusqu’à 3 millions de roupies (200 €) même si on s’en sort la plupart du temps avec un bakchich de 300 000 RP (20 €). La corruption est importante à Bali.

La prudence est de mise sur la route car les règles de conduite sont rarement (voir jamais) respectées. Ce qu’il faut retenir de la sécurité routière : un piéton a toujours raison, un scooter a raison face à une voiture, mais un touriste a toujours tort… Attention, certains roulent sans lumière la nuit, les clignotants sont accessoires et le klaxon obligatoire.

Tu peux louer un scooter pour 50 000RP (3,3€) la journée. Il ne faut pas hésiter à négocier surtout si tu gardes le scooter pour un certain temps. Par exemple il y a des endroits ou un mois de location revient à 650 000RP soit moins de 45Euros.

Si tu ne te sens pas à l’aise sur un scooter, oublie. On voit bien trop souvent des touristes avec des pansements partout car ils sont tombés en scoot. Au final, à Bali, les seuls accidents de la circulation sont ceux des touristes. Si vraiment tu veux vivre une fois l’expérience de la circulation balinaise en scooter, commande un Uber scooter pour trois fois rien, tu seras gâté ! 

Pour une expérience encore plus locale, il existe les bémos, transport en commun local. Le plus souvent des mini bus ou vans bleus dont la porte latérale est ouverte. Le prix minimum d’un trajet est de 4 000RP. Il suffit de regarder ce que paye le local et de donner le double (il faudra t’y faire tu paieras rarement le prix local pour tout !). Le réseau de transport en commun est quasiment inexistant mais surtout très aléatoire.

Le mieux reste le guide avec chauffeur, même si le budget n’est pas le même et la liberté non plus, mais cela permet d’échanger avec un local et d’en apprendre d’avantage sur cette culture très riche.

Pour ce qui est des Taxis, tu verras vite qu’ils sont partout à Bali. Il existe une vraie mafia dont il faut se méfier, la compagnie Blue Bird a certes des prix plus elevés mais c’est une des plus fiable.

Uber (code promo pour ceux que ça intéressent pmm010) est bien plus avantageux et marche très bien en dehors des zones rurales, notamment pour les trajets depuis et vers l’aéroport. Attention en revanche, ne te fais pas avoir et refuse toujours de payer plus que ce qui était prévu, ainsi que les demande de trajet sans l’application (il te demanderont un prix extravagant l’application est là pour te protéger).

◇ Se loger. À Bali il existe toute sorte de logements. De la Homestay la plus basique à l’hôtel le plus luxueux. Même si les logements cheap se font de plus en plus rares, il est toujours possible de trouver de bonnes affaires. Nous avons préféré favoriser le tourisme local en logeant dans des Homestays que nous avons réservés via Booking.com*. Comme pour tout, en restant un petit moment, il est possible de négocier le prix de la chambre.

◇ Internet. En achetant une carte Sim sur place, il est possible d’avoir accès à internet. Nous n’avons pas acheté de carte car nous n’en avons pas eu besoin. Aujourd’hui, la plupart des Homestays, Guesthouses et hotels ont le wifi gratuit, ainsi que de nombreux bars et restaurants. Ne t’attends pas à un débit de fou (surtout quand il pleut), ça reste une île malgré tout ! 

Coût de la vie. La vie à Bali n’est plus aussi cheap que ce que c’était… L’écart avec le coût de la vie en Europe s’est réduit depuis une dizaine d’années. Bali reste néanmoins bon marché, mais ça dépend aussi beaucoup de ta façon de consommer, et de ton envie de confort ou de luxe à petit prix.

Budget repas. À Bali il est plus intéressant de manger dehors que de faire ses courses. Les prix sont très variés, ils peuvent aller de moins de 2€/personne/repas à bien plus de 20€. L’alcool est assez chère, même s’il est facile de trouver de bons plans lors des happy hours. 

◇ On mange quoi ? Pour savoir ce qu’on mange à Bali, ça se passe par ici ! Globalement il est possible de manger de tout, et les végétariens trouveront toujours de quoi se mettre sous la dent. Le riz (nasi) et les nouilles (mie) sont la base de tous les plats locaux.

Mieux vaut demander peu épicé si tu n’es pas habitué car ça ne rigole pas ! Un petit creux ? Si tu en trouves, on te conseille de gouter les laklaks, sorte de petits pancakes verts avec de la coco râpée et du sucre de canne. Ça n’a pas l’air mais c’est un délice 😉

Découverte de Bali

◇ Que voir, que faire ? Cela dépend de tes envies. La particularité de Bali réside dans sa culture et sa religion unique au monde. On te conseille juste d’éviter les gros centres touristiques tel que Kuta (repère des australiens et autres touristes venus là pour faire la fête) ou Denpasar (capitale fourmillant de monde). Les paysages sont magnifiques notamment dans la région du centre, les rizières en terrasse nous ont émerveillés, et la vue sur les volcans est magique. En revanche les plages ne sont pas idylliques (et bien souvent très polluées), les courants y sont souvent forts alors méfie toi avant de te baigner.

Et bien sûr en plus de tout ça, il est important de respecter les us et coutumes locales dans une démarche de tourisme durable (article à venir).

Bon, je pense avoir fait le tour des infos concernant Bali !

Et comme toujours, on attend vos questions, vos commentaires, expériences et compléments d’informations ! 

* Ces liens sont des liens affiliés, ce qui veut dire que nous touchons un petit pourcentage lorsque tu les utilises. Ça ne change rien pour toi, les prix restent les mêmes, et tu nous donnes un petit coup de pouce au passage 😉


N’oublie pas de voyager couvert et profite de 5% de réduction sur ton assurance Chapka*.

Pour prolonger le plaisir et ne rien louper, abonne-toi au blog et rejoins-nous sur les réseaux sociaux Facebook , Twitter et Instagram.


© Les textes et photos ne sont pas libres de droits. Tous droits réservés à AF News.

EnregistrerEnregistrer

7 Comments

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.