Tu le sais sûrement, nous sommes partis vivre à Mayotte. On t’expliquait, dans notre précédent article, pourquoi on avait fait ce choix. Maintenant que nous sommes posés, on va pouvoir te raconter notre arrivée à Mayotte. Je te préviens, c’était pas de tout repos ! Je pense qu’on peut le mettre dans un de ces fameux fails de voyage !

Notre arrivée à Mayotte

Caribou Maoré, notre arrivée à Mayotte

Les galères pour venir ont commencé bien avant notre arrivée. Nous sommes venus à Mayotte avec un contrat avec l’hôpital. Mais il ne faut pas être pressé pour communiquer avec la DRH de l’hôpital de Mayotte ! C’est un peu comme ça sur toutes les îles j’imagine ! On avait demandé un départ fin Septembre, aux alentours du 27, pour une prise de poste pour moi le 1er Octobre, et avoir le temps de se poser avant de bosser.

Finalement ils nous ont prit des billets pour le 29, pour une arrivée à Mayotte le 30 Septembre. Autant dire que j’aurais pas vraiment le temps de visiter ! Heureusement qu’il n’y a pas de décalage horaire !

Départ de Paris

On quitte donc la France le Samedi soir, pour un vol direct de 10h avec Air Austral. Comme on s’y attendait, et malgré mes demandes insistantes, ils ne nous ont pas réservé de repas végétarien ! Heureusement que les stewards d’Air Australs étaient super sympas. Ils ont réussi a nous dégotter un plat de pâtes aux champignons. Dommage pour Francis, il déteste les champignons !!

Le vol se passe sans encombre, mais bon, un vol de nuit c’est jamais vraiment reposant (sauf si on a la chance ou les moyens d’être en première classe !).

Arrivée à Mayotte

On arrive donc à Mayotte le Dimanche matin vers 8h. Le temps de récupérer nos bagages (aucun contrôle), on se rend à l’extérieur de l’aéroport pour prendre un taxis.

Ici les Taxis font office de transport en commun. Un taxis ne part pas avant d’être complet, il faut bien rentabiliser ! Le taxi coûte 1,40€ par personne en semaine et 2,10€ le week-end. La première grosse valise est gratuite, la deuxième se paye 80cts, mais on ne nous a rien demandé.

On arrive sur le quai de la fameuse barge. Le trajet dans ce sens est gratuit, dans l’autre sens, il coûte 75cts par personnes pour un piéton. On fait la rencontre de nos premières PAF (Police aux Frontières), ça rigole pas !

Partir vivre à Mayotte

Notre contrat avec l’hôpital de Mayotte stipule que nous sommes logés par l’hôpital le premier mois. Quelqu’un est donc censé nous attendre à l’arrivée de la barge. Mais ça a tellement été compliqué d’avoir des infos que je sens venir le coup fourré ! J’appelle la personne qui nous dit d’attendre ici car il a plein d’autres personnes à amener aux logements. Il est en petite Ford Fiesta, pratique quand tu sais que tout le monde à au moins une grosse valise de 25kg !

A son retour, il me montre la liste des personnes qu’il est supposé récupérer aujourd’hui… Nous ne sommes pas dessus ! Pourtant j’ai eu confirmation de notre prise en charge par la DRH ! Autrement dit : il ne nous attendait pas, donc il n’a pas de logement de prévu pour nous ! On fait comment ? Ben on attend sagement au bar de la barge, le temps qu’il trouve une solution. Au pire, il nous amènera à l’hôtel. Mais quand ?

On est décalqué, de mauvaise humeur après une nuit sans sommeil en avion. Dire que je bosse demain matin à 7h, que je ne sais pas où on va dormir, et que je ne sais même pas où est l’hôpital ! Je suis au bout de ma vie !

En attendant qu’il trouve une solution, on boit un café au snack le Camion Rouge. 

Comme si ça ne suffisait pas, on a évité de peu la catastrophe, en finissant ma cannette de jus de mangue, j’ai été à deux doigts d’avaler une guêpe vivante !!! Je peux encore sentir ses pattes gigoter sur ma langue !!!

Notre emménagement

Il est 10h, ça fait 2h que nous sommes arrivés… Le gars revient vers nous, il nous a trouvé une solution d’urgence. Nous serons en coloc avec un couple de médecins qui eux aussi ont eu une mauvaise surprise à leur arrivée. Le studio qu’ils devaient avoir était tellement dégueulasse qu’ils ont dû trouver un autre endroit où aller !

Enfin du positif ! Nos coloc sont cool, même si j’ai faillit tout foutre en l’air à cause d’une mauvaise blague sur la propreté des médecins, pensant qu’ils étaient infirmiers comme moi !! Heureusement, je pense qu’ils étaient trop fatigués pour en tenir compte !!!

Ils ont une amie qui est sur place, je m’incruste avec eux pour aller faire quelques courses. Elle nous fait une petite visite des lieux, et nous situe par rapport à l’hôpital. Heureusement qu’elle était là, car on est vraiment loin de tout ! Grâce à elle, on pourra manger ce soir ! En revanche, comme dans le livre « Paradis, avant liquidation », de Julien Blanc-Gras, ici aussi c’est la crise du papier toilette !

Retour à la maison pour une sieste bien méritée. Après ça, on part faire un repérage pour que j’aille au travail demain matin. On est bien plus loin que ce que m’avait dit la DRH. L’hôpital est sur une butte, on est logé à Cavani, tout en bas d’une route sinueuse. Il me faudra plus de 20 minutes en montée pour aller au boulot demain. Moi qui voulait reprendre le sport, je vais pas avoir le choix !

Par contre, l’amie de nos coloc me déconseille de prendre cette route à pied de nuit. Le lendemain après mon travail, j’attend donc un taxis pour rentrer… Aucun n’est passé en une demi heure… Heureusement la copine de nos colocs est toujours là pour nous sauver !

Notre arrivée à Mayotte

Nouvelle coloc en moins de deux jours

Ce soir, on re-déménage, une famille arrive demain dans ce logement. Ils nous ont trouvé une autre coloc, cette fois, beaucoup plus près de l’hôpital. Je pourrais y aller et rentrer à pied sans problème.

Lundi soir, on arrive dans notre nouvelle coloc. On papote tranquillement avec notre nouvelle colocataire, quand soudain… le sol vibre sous nos pieds, les vitres tremblent… On vient de vivre notre premier tremblement de terre !!! Une sensation vraiment bizarre, un séisme à 4,3 tout de même ! Un deuxième me réveillera en pleine nuit, comme la sensation qu’une vague était en train de me soulever…

Caribou à Mayotte !

Ah ! et je sais pas comment je me suis démerdée, mais entre paris et Mayotte j’ai perdu mes petites culottes ! Lol

A bientôt pour la suite de nos aventures à Mayotte !

Tu as aimé cet article ? 

N’hésite pas à l’épingler, à le partager et à nous laisser un petit commentaire tout en bas ☺

Notre arrivée à Mayotte

Prolonge le plaisir, abonne-toi au blog et rejoins-nous sur les réseaux sociaux

FacebookTwitter, Instagram et Pinterest

© Les textes et photos ne sont pas libres de droits. Tous droits réservés à AF News.

⏤ Rejoins nous sur Instagram ! ⏤

Join the discussion 2 Comments

  • Eh beh, que d’aventures en si peu de temps ! j’ai tiqué quand tu dis qu’il n’y a pas de décalage horaire… comment ça se fait ? au niveau du lever du soleil ça doit être ultra bizarre non ?
    J’espère que depuis un mois vous vous êtes bien installés (et peut-être as tu récupéré tes culottes ? :p )

    • afnews dit :

      Haha malheureusement non j’ai pas retrouvé mes culottes !! Il y a maintenant 2h de décalage horaire depuis que la métropole est passée à l’heure d’hiver, mais sinon c’est une heure car on a beau etre à plus de 8000 km de la France, c’est presque sur le même fuseau horaire ! Par contre il fait jour et nuit très tôt mais on est habitué, c’était la même chose en calédo et en Australie.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.