was successfully added to your cart.

Bienvenue dans ce match opposant nos deux challengers sur Photoshop : Masque de Fusion vs Outil Gomme

D’un côté, nous avons le masque de fusion. Avec un nom puissant, il fait presque peur, seulement, on ne sait pas ce que ça veut dire.

De l’autre côté nous avons l’outil gomme. Je vous le concède, il paraît un peu mou ce soir mais son pseudonyme est rassurant, on sait de quoi il est capable.

On est impatient de voir ce que ce combat, arbitré par notre retoucheurs, va donner.

Ready ? Fight !

Round 1 : l’outil gomme

Il attaque fort, il diminue sa taille et son opacité à volonté et s’endurcit même un peu.

Il prend l’avantage en effaçant tout ce qu’il veut sur son passage. L’arbitre ne peut plus rien récupérer à moins d’annuler le dernier coup. L’avantage étant que le fichier (le ring ?) sera maintenant moins lourd avec moins d’informations à enregistrer…

Il a prit le parti de ne pas utiliser d’accessoires et on comprend pourquoi puisqu’il s’en sort très bien comme ça.

Le masque de fusion se retrouve au tapis, « 10, 9… », il se relève et l’arbitre marque un temps mort.

Round 2 : le masque de fusion

Notre masque a l’air d’avoir bien retrouvé ses esprits, d’entrée il apparaît puis disparaît en se positionnant sur un calque.

Magnifique, il s’applique directement aux calques de réglage.

Il utilise maintenant un pinceau d’opacité et de taille différente pour révéler ou masquer un calque.

La gomme est sonnée, que fait Monsieur Le Retoucheur ? Il devrait arrêter le combat mais le masque enchaîne à l’aide de l’outil dégradé ce qui révèle le calque progressivement.

Le masque assène un dernier coup à son adversaire, en conservant toutes les parties non révélées puisqu’il n’a pas touché directement au calque.

On peut dire qu’il « pèse sur le ring », haha !

Le masque de fusion remporte le combat par K.O. en 2 rounds.

La photo de voyage t'intéresse ? Télécharge ton mini guide gratuit

Photoshop : Masque de fusion vs Outil gomme

OK, j’ai bien déliré, maintenant, voyons comment bien utiliser ce masque de fusion. La pratique permettra de mieux comprendre son utilité.

Quand on débute sur photoshop et qu’on utilise plusieurs calques, il paraît évident d’utiliser l’outil gomme pour effacer ce qui ne nous intéresse pas.

Mais le masque de fusion est très intéressant aussi, il suffit de savoir comment il fonctionne.

Un masque de fusion peut s’appliquer sur tout : sur un calque, sur un calque de réglage (calque de saturation, de niveau, noir et blanc etc.) ou même sur un groupe.

Quand on l’applique il s’affiche automatiquement en blanc mais on peut l’appliquer directement en noir (maintenir Alt en l’appliquant) ou bien l’inverser (Cmd + i pour mac ou Ctrl + i pour pc).

Le blanc représente ce qui apparaîtra et le noir ce qui sera masqué. Et avec un dégradé, bah le gris correspondra à ce qui est visible selon la nuance du gris logiquement.

On peut donc appliquer un dégradé pour révéler une partie seulement d’un calque mais avec une transition progressive plutôt que nette. Par exemple si on veut foncer ou éclaircir un côté de la photo.

On peut aussi utiliser l’outil pinceau sur un masque

On utilise donc un pinceau noir sur un masque blanc et un pinceau blanc sur un masque noir. À chaque fois qu’on sélectionne un masque, il faut vérifier la couleur du pinceau. Celle-ci peut s’inverser automatiquement en sélectionnant, et parfois ça rend fou de ne pas comprendre pourquoi ça ne fonctionne pas !

Il est aussi possible d’appliquer le masque à une sélection seulement. De base, un masque fait toujours la taille de la photo. Mais si on sélectionne une zone, puis qu’on applique le masque de fusion, seule la sélection sera blanche (donc visible) sur le masque. Ça fonctionne aussi avec les calques de réglages car ils sont directement liés à un masque de fusion.

Le masque de fusion est donc beaucoup plus intéressant à utiliser que la gomme. Le seul inconvénient, comme dit dans le match, est que ça rajoute des informations à notre fichier, ce qui l’alourdit alors que la gomme supprime et donc allège le fichier.

La gomme reste donc utile quand on est sûr de ne pas vouloir utiliser ce qu’on efface. Par exemple si on ne veut garder qu’une voiture sur notre image, on peut effacer tout le reste, mais même dans ce cas je trouve plus simple de faire une sélection de la voiture « puis copier / coller ».

Voilà qui est plutôt simple au final tu ne trouves pas ? 

N’hésite pas à nous contacter si tu as des questions, ou si tu veux qu’on revoie ensembles des choses que tu n’aurais pas comprises.

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à laisser un petit commentaire et à l’épingler sur Pinterest ! 😉 


Prolonge le plaisir, abonne-toi au blog et rejoins-nous sur les réseaux sociaux 

FacebookTwitter, Instagram et Pinterest


© Les textes et photos ne sont pas libres de droits. Tous droits réservés à AF News.

⏤ Rejoins nous sur Instagram ! ⏤

Join the discussion 2 Comments

  • Hello
    Top je ne connaissais pas du tout cette fonction, je dessine surtout avec Corel Painter et j’essaye de me mettre qu’à Photoshop, mais il y a pleins de zones d’ombres (en faites énormément) et je cherchais un moyen de modifier une texture réalisé avec plusieurs calques, mais la modifier en dessinant une seul fois au lieu de dessiner sur chaque calques
    Mrrci

    • afnews dit :

      Avec plaisir, content que nos petits conseils et astuces puissent servir 😉
      N’hésite pas si tu as des questions, on prévoit pleins d’autres articles photo à venir

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.