Nouvelle CalédonieRéflexions de voyageS'expatrier en Nouvelle-Calédonie

Pourquoi je n’ai pas aimé vivre à Nouméa

Nous avons quitté la Nouvelle-Calédonie depuis quelques temps maintenant, après y être restés un an et demi. Juste assez pour pouvoir faire un point sur notre vie là-bas, et te dire pourquoi je n’ai pas aimé vivre à Nouméa.

vivre à Nouméa

Dans notre article Un an déjà, nous faisions déjà un premier point sur nos ressentis. Pas facile de parler de ce qui ne nous plaît pas alors que tout le monde pense que nous sommes au paradis…

Je t’entends déjà… “Mais celle-là elle ne fait que se plaindre”. Ou encore “C’est le paradis qu’est-ce que tu racontes ?”… Je t’arrête tout de suite, cet article ne concerne que MOI, mon ressenti, mes expériences.

Certains de ces ressentis seront partagés, d’autres non. Chacun vit sa vie et fait ses propres expériences en fonction de ses propres envies et de sa propre histoire. Sache tout de même que beaucoup de ces ressentis sont partagés par différentes personnes que nous avons rencontrées sur place. De différentes origines et avec différentes histoires de vie…

La Nouvelle-Calédonie c’est le paradis pour de nombreuses personnes. Mais attention, ce n’est plus l’eldorado que c’était, que ce soit au niveau du travail ou du niveau de vie. Contrairement à certains qui arrivent ici un peu par hasard, j’ai sûrement un peu idéalisé ce pays avec les souvenirs de mon regard d’enfant. (Voir notre article sur notre décision de partir)

Je pense qu’on t’a suffisamment parlé de tout ce qui fait qu’on a aimé vivre à Nouméa. Maintenant on va te faire part de ce qu’on a un peu moins aimé !


Pourquoi je n’ai pas aimé vivre à Nouméa ?


Une mixité difficile


C’est un sujet très sensible, mais qu’on ne peut que remarquer quand on vient s’installer en Nouvelle-Calédonie. 

Il y a peu ou pas de mixité entre les communautés, et trop de métropolitains sur Nouméa. Ceci se remarque énormément quand tu sors prendre un verre sur les baies. Pour sûr, tu ne croiseras pas beaucoup de Mélanésiens, quelques Wallisiens, encore moins d’Asiatiques… Bien que cette tendance soit au changement depuis quelques années. 

Les Mélanésiens, les Wallisiens, les Caldoches, les Zoreilles… Chacun reste dans son coin sans vraiment s’intéresser à la culture de l’autre. Certains métropolitains ne connaissent pas un seul Mélanésien. Alors certes, on en rencontre dans les commerces ou au travail, mais cela reste des relations superficielles et difficile d’accès.

Ce n’est pas pour ça que je suis venue vivre en Nouvelle-Calédonie.

Pour se faire une idée de ce qu’ont les autres cultures à offrir, il faut souvent aller en brousse où se rendre sur les îles. Là, tu pourras partager avec les Calédoniens leur culture, et essayer de les comprendre. Bien sur, à condition de ne pas rester dans son coin, au bord de la plage de son hôtel de luxe… Tout ça est bien loin de la vraie vie des gens des îles.

vivre à Nouméa


Perte de la culture


La culture Kanak n’est pas épargnée par la modernité.

Il est flagrant de voir les jeunes déserter les tribus et se désintéresser de la coutume. En ville, la coutume est quasiment inexistante, même si certaines familles arrivent à la maintenir difficilement. C’est dommage,  car la culture mélanésienne est très riche et structurée.

La hiérarchie mélanésienne, qui fonctionne bien en dehors de la ville, est entachée par une identité complexe sous l’influence de la modernité. Un désintérêt qui touche en premier lieu les jeunes qui rencontrent souvent des problèmes de déscolarisation, de violence, de délinquance ou d’alcoolisme. Bref, un équilibre bien difficile à trouver.

Heureusement il y a encore quelques “sages” qui permettent à la coutume de survivre, et à l’histoire de rester bien présente dans le cœur et la tête des gens. Nous ne remercierons jamais assez Jules pour son temps passé avec nous, et d’avoir partagé avec nous un peu de son histoire.


Une situation politique incertaine


La situation politique est complexe en Nouvelle-Calédonie. Elle est ternie par une histoire sanglante, dont les mélanésiens n’ont encore pas digéré le dénouement. Les stigmates de la colonisation sont omniprésents, et bien résumés par l’accord de Nouméa qui propose de trouver une solution politique entre les loyalistes et les indépendantistes, dans un “destin commun”.

Dans la réalité c’est bien plus compliqué. En 2018 sera voté un référendum d’indépendance, pour lequel seuls les calédoniens présents sur le territoire avant 1998 pourront participer. Les relations sociales sont souvent tendues. Les esprits s’échauffent vite entre les forces de l’ordre et les jeunes en manque de repères.

Le pays retient son souffle… Et nous avec…

Dans l’attente d’une décision, tout le monde continue sa vie. 2018 reste dans les esprits, et il est difficile de s’investir quand on sait qu’on sera, un jour ou l’autre, renvoyé du pays. C’est aussi ce qui fait que”ICI” ce ne sera jamais “Chez Nous”… 

Quand j’entends des personnes qui sont là depuis plus de 30 ans me dire qu’elles ne se sentent pas chez elles et qu’elles savent qu’elles ne le seront jamais, je trouve ça triste… Chacun à une place quelque part. À priori la nôtre n’est pas en Nouvelle-Calédonie, en tout cas pas dans ces conditions. (Il ne faut jamais dire jamais hein ?! La preuve, on est de retour ! )


 Un racisme omniprésent


Oui, il faut le dire, je viens d’une ville en France assez protégée, et je n’ai jamais était confrontée moi-même au racisme.

Le racisme en Nouvelle-Caledonie n’est pas une légende, il existe et nous y avons été souvent confrontés. Mais la spécificité ici, c’est que le racisme c’est de la part de tous et envers tous. Tout le monde déteste tout le monde ou presque. Caldoches (descendants de colons français), Mélanésiens, Wallisiens, Zoreilles (métropolitains)… C’est une des raisons qui fait que la mixité existe très peu en Nouvelle-Calédonie. Souvent sur le ton de la rigolade, mais parfois très dur à vivre…

Comme si les gens oubliaient d’où ils viennent…

Mais le pire de tout, et ce qui m’énerve au plus haut point, ce sont les métros qui insultent d’autre métros en leur disant de rentrer chez eux… Comme si les gens avaient oublié d’où ils venaient et qu’un jour eux aussi étaient passés par là… Non, tout comme nous, “vous n’êtes pas chez vous, et vous ne le serez jamais”.

vivre à Nouméa

Bougna marmitte en bord de plage, un immense privilège.

Un petit rappel pour ceux qui l’auraient oublié : vous êtes considérés comme des touristes jusqu’à un an et un jour de présence sur le territoire. Alors rappelez-vous par où vous êtes passés avant de critiquer, et respectez les locaux et ce qu’ils ont à vous offrir. Arriver avec ses gros sabots ne fait jamais avancer les choses dans le bon sens…


Une insécurité bien présente


Pour toutes les raisons que j’ai citées précédemment, on se sent souvent en insécurité en Nouvelle-Calédonie. Alors oui, ce n’est pas l’Afrique non plus (pour ce qui est des pays en guerre…), ou comme à Mayotte.. Mais je ne me suis jamais vraiment sentie en sécurité, surtout la nuit. Sans en faire une généralité, passée une certaine heure, quand l’alcool commence à couler, les esprits s’échauffent et il vaut mieux alors ne pas être dans le coin.

J’avoue que m’être fait “agresser” (tout s’est très bien fini, rassure-toi) à un arrêt de bus dès la première semaine sur le territoire, ne m’a pas aidé à être en confiance… On ne compte plus les faits divers, les incidents causés par l’alcool… Parfois même, ça touche des gens qui nous sont proches, rendant tout ça finalement bien plus réel, difficile à vivre et à accepter.

Souvent on n’ose même pas affirmer nos avis politiques concernant l’indépendance, enfin, simplement en parler et s’y intéresser, ne sachant pas comment va réagir la personne en face de nous (c’est du vécu et c’est pas cool…).

À tout cela s’ajoute l’insécurité routière. La Nouvelle-Calédonie détient un malheureux record de morts sur la route, ne figurant même pas dans les statistiques de la France. Un véritable stress à chaque fois que nous prenons la voiture. Même si les trajets sont courts, un accident est très vite arrivé, et ils sont souvent mortels…

Pour preuve, notre dernier trajet pour nous rendre à l’aéroport en Avril 2016, n’a pas échappé à la règle. Un dépassement très dangereux sans visibilité sur une ligne blanche juste devant nous, avec un accident sur la voie d’en face avec un motard à terre…


Une pollution récurrente


La Nouvelle-Calédonie est très en retard en ce qui concernent les questions écologiques.

Même si des efforts sont faits ces dernières années, c’est très difficile à mettre en place, et à changer dans l’esprit de tous.

Le tri sélectif se fait très peu ici. On nous prenait souvent pour des fous à avoir trois bacs de tri chez nous… Oui, le tri se fait sur “le caillou”. Peut-être pas autant que dans d’autres pays, et peut-être pas totalement et efficacement. En tous cas, les déchetteries à Nouméa sont ouvertes du lundi au samedi. Tu peux également trouver des bacs de dépôts un peu partout en ville. De plus en plus d’actions solidaires sont lancées partout et n’attendent que nous pour avancer. 

De plus, il n’est plus rare d’entendre à la radio que telle ou telle plage est fermée pour cause de pollution à E-coli (le plus souvent dû à la surpopulation des baies). Je ne te parle pas des images désolantes sur les bords de plages les lendemains de grandes pluies. Il y a des poubelles partout. La plage n’est pas une poubelle, et ni les poissons ni les tortues ne mangent du plastique ou du papier…

À tout cela se rajoute la pollution de l’air que la SLN (Société Le Nikel) provoque chaque jour. Auquel s’ajoute les nombreux pick-up et 4×4, dont les Calédoniens sont fous. Tous plus polluants les uns que les autres et souvent tout aussi inutiles en centre ville…


Une vie très chère


Comme beaucoup de pays insulaires, la vie est chère en Nouvelle-Calédonie. C’est compréhensible. En revanche, ce qui l’est moins, ce sont les taxes exorbitantes qui existent sur le territoire, ainsi que certains monopoles exagérés. En effet, il y a parfois plus de 40% de taxes sur tout ce qui n’est pas produit en Nouvelle-Calédonie… Par exemple les taxes de sortie du territoire… Partir en vacances n’est pas donné à tout le monde.

Une inégalité importante dans la répartition des richesses

Ce qui me choque encore plus ce sont les grosses inégalités qui existent dans la répartition des richesses. Je ne vais pas me plaindre, je gagnais assez bien ma vie, mais j’ai du mal à comprendre les différences qu’il peut y avoir entre deux salaires et deux métiers parfois pas si différents. Le salaire minimum est plus faible qu’en métropole, pour une vie parfois jusqu’à 1,5 fois plus chère, avec des aides sociales quasi inexistantes (sachant que comme partout ceux qui en profitent sont souvent ceux qui en ont le moins besoin… mais ça c’est un autre débat !).

A Nouméa on peut passer d’un quartier aux grandes villas luxueuses genre Beverly Hills, aux squats en bord de route ou bien cachés dans les terres sans électricité, ni eau courante.

Bien souvent rien ne vaut la vie en brousse ou sur les îles où tout y est bien plus simple.

vivre à Nouméa


Des relations superficielles


Finalement, sur Nouméa, on a beau avoir tout le temps l’impression d’être en vacances, on entre vite dans une routine de vie comme en métropole. On sort souvent aux mêmes endroits, avec les mêmes personnes. 

Les amitiés sont rapides, nombreuses, mais aussi souvent très superficielles. 

On arrive tous ici pour une certaine raison, pour un temps certain ou non. Mais soyons honnêtes, rares sont les gens qui restent. Dans ces conditions, il est assez difficile de trouver sa place… Surtout quand on pense aux copains qu’on a laissés en France, et qui manquent à chaque instant.

Trouver des amis et créer un groupe soudé est assez compliqué. Nombreux sont ceux qui se ferment à la rencontre sachant que les gens sont voués à repartir un jour. Ou tout simplement par égoïsme de vouloir garder son groupe de copains pour soi !


En réalité, je crois que je n’ai pas aimé le fait d’avoir l’impression d’être toujours en France, mais à des milliers de kilomètres des gens qui nous sont chers. Beaucoup de distance, mais au final peu de dépaysement. Une erreur que nous avons faite, du fait de la sécurité de mon emploi. Si c’était à refaire, nous partirions plus rapidement en brousse ou sur les Loyautés. Alors oui, vivre à Nouméa c’est bien, mais il ne faut pas y rester enfermé.

[bctt tweet=”La Nouvelle-Calédonie ne se résume pas à Nouméa” username=”afnewstravel”]

Un tableau mitigé, qui ne nous a pas empêché de faire de super rencontres et de passer des moments incroyables.

Ce qui est sur, c’est que la Nouvelle-Calédonie c’est tout ça. Mais c’est aussi une incroyable douceur de vivre, des paysages à couper le souffle protégés du tourisme de masse. Des fonds marins splendides et préservés, la possibilité de faire des activités que vous n’auriez pas faites ailleurs. 

Vivre à Nouméa

Le beau lagon de Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Caledonie est un pays de contraste, mais c’est ça aussi 😉 qui fait son charme !

Cette expérience à définitivement changé notre vie ! N’attends plus pour prendre la décision qui pourra changer la tienne ! 

Si tu as des questions ou juste pou nous faire un petit coucou, n’oublie pas de nous laisser un petit commentaire ça fait toujours plaisir 🙃

Tu as aimé cet article ? N’hésite pas à l’épingler et à le partager à tes contacts

vivre à Nouméa


Prolonge le plaisir, abonne-toi au blog et rejoins-nous sur les réseaux sociaux

Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest


© Les textes et photos ne sont pas libres de droits. Tous droits réservés à AF News.

48 Comments

  • Allison dit :

    BOnjour, je viens de découvrir votre blog et il est vraiment passionnant. Je suis infirmière depuis 5 ans, en oncologie. Apres 2 ans très difficiles pour moi sur le plan personnel j’ai l’opportunité de suivre une amie en Nouvelle Caledonie cette année. Mais bien sûr mes interrogations sont grandes. Surtout concernant le fait de trouver un emploi. Quel budget penses tu être nécessaire pour son arrivée la bas? Les logements sont ils facil à trouver? Merci pour tes réponses et pour la page concernant les hôpitaux!! À bientôt

    • afnews dit :

      Bonjour Allison. Comme dit dans l’article il y a énormément de turn over ici. Dans mon service on embauche de nouvelles infirmières tous les mois ! j’imagine que dans ta spécialité et avec ton expérience tu trouveras du travail assez facilement, le tout est de le vouloir et de ne pas attendre le poste parfait ! Ici les logements tournent aussi beaucoup et c’est la colocation qui est le plus facile à trouver dans un premier temps. Sur le groupe FB Nouméa expat ou Nouméa Colocation tu trouveras pleins d’offre et tu auras pleins de réponses en postant une demande. Pour ce qui est du budget, la voiture est indispensable ici, et les prix sont très élevés. Pour une bonne voiture il faut prévoir 5 000€ + entre 500 et 1000€ de loyer/mois + environ 500€ de courses/mois. Sachant que les paies sont fermées au milieu du mois donc souvent la paye arrive deux mois après ton arrivée si tu trouve du boulot de suite. Il faut se donner un budget pour tenir 3 mois sans travailler pour être sur car la Calédo coute vraiment cher. Donc 10 000€ ou plus serait plutôt pas mal pour ne pas se retrouver en difficulté. N’hésite pas à rejoindre le groupe Facebook S’expatrier en Nouvelle-Calédonie, pour poser toutes tes questions ! 😉 Fonce c’est une expérience incroyable !(https://www.facebook.com/groups/242330482933662/)

  • marion dit :

    Mais … moi aussi j’ai une petite question … Pourquoi revenir alors ?
    Je ne suis pas d’accord avec tout, mais ce n’est pas la question.
    Je ne comprends juste pas que l’on dénigre tant le pays, mais que l’on y revienne quand meme …?

    • afnews dit :

      Et pourquoi pas ? On n’a pas dénigré le pays, on a tout simplement dit ce qu’on n’aimait pas dans notre vie à Nouméa. On a aussi dit beaucoup de bien de la Nouvelle-Calédonie, mais les gens ne retiennent que le négatif…

  • BoSS U dit :

    Bonjour
    Je suis BoSS U, le rédac’chef du webzine culturel mais fainéant, Le Cri du Cagou. Intéressant ton article sur ton expérience d’expat’ au Pays (dont on ne veut pas dire le nom… Le Pays du Non dit, quoi !).
    J’aimerai bien publier ton texte sur notre site… avec un lien et tout et tout, si tu permets.
    Une petite erreur, il n’y a pas eu de referendum sur l’autodétermination en 2014. En 2014 c’était les provinciales.
    Bien à vous et bonne chances dans vos nouvelles aventures

    • afnews dit :

      Bonjour BoSS U merci pour la correction. J’aime bien ça le pays du non dit ! Pas de soucis pour l’article vous pouvez nous contacter à afnews.blog(@)gmail.com pour plus d’infos ! 😉

  • Nono A dit :

    Article intéressant sur lequel je tombe en faisant une recherche sur mon déménagement à venir pour Nouméa. J’en ai du coup lu 2 autres sur votre blog et je me dois de faire la remarque suivante :
    La Nouvelle Calédonie étant française (en attendant l’éventuel référendum), vous ne pouvez pas parler d’expat’ etc etc, puisque vous êtes en France.

    • afnews dit :

      La Nouvelle-Calédonie est française mais indépendante, c’est un Pays d’Outre-Mer et non pas un territoire ou un département. Elle a son propre gouvernement, ses propres impôts, sa propre sécurité sociale, chômage et retraite. Étant donné tout ça quand tu travaille là bas tu ne cotise pas pour ta retraite française et à moins d’y bosser 15 ans tu ne toucheras pas de retraite calédonienne, tu paye tes impôts Calédoniens, tu es donc bien expat même si ça reste une partie de la France…

  • Georges dit :

    Ben nous avons l’opportunité de peut-être retourner vivre à Nouméa. Ce n’est pas évident à prendre comme décision, pour tout ce qui se dit ici, parce que nous avons des enfants scolarisés… Mais sur cette page nous retrouvons bien ce qui nous refroidit… Et, par quelques mentions, tout ce qui nous charme totalement.

    • afnews dit :

      J’imagine que c’est une décision pas facile surtout pour les enfants. Je me sentirais pas sereine mais à la fois ça leur apporte une telle ouverture d’esprit. Je suis aussi perturbée par la nouvelle-Calédonie, elle m’attire à elle et me fais peur en même temps… courage pour votre décision qui ne sera pas facile…

  • […] Pourquoi je n’ai pas aimé vivre à Nouméa […]

  • Bonjour Aurélie et Francis

    j’ai beaucoup aimé lire votre article . Quoiqu’en disent certains dans les commentaires il est nuancé .En plus comme vous le dites très bien c’est votre ” vécu et votre ressenti personnel ”
    Je vis en bateau . Nous arrivons du Vanuatu ” le pays des gens heureux ” . Nous y avons passé 4 mois d’île en île . Nous avons adoré la merveilleuse gentillesse des nivans alors qu’ils sont très démunis . Et je ne vous parle pas de Port Vila , la capitale , ou bon nombre de personnes vous font des sourire en vous disant ” bonjour ”
    Et avant d’arriver en NC quelle angoisse donc ! Beaucoup de nos amis marins n’ont pas aimé du tout la NC et nous en ont parlé .
    Nous sommes arrivés à Beautemps-beaupré , un paradis désert . Mais d’après les gendarmes d’Ouvéa pas si désert que cela et dangereux parfois même en ayant fait ” la coutume ” .Mais nous avons été sauvés par le mauvais temps ouf personne n’est venu sauf les tortues !
    Maintenant nous sommes à Ouvéa ( haut lieu des événements , la gendarmerie est barricadée et les adorables gendarmes bien armés ) et là aussi ce n’est que du bonheur .
    Sourire , gentillesse , aide , les gens en vélos qui disent ” bonjour ” etc ….
    Alors que nous sommes ” vieux ” ( + de 65 ans tous les deux ) nous avons été pris en stop plein de fois et sans jamais attendre en plus , les automobilistes ont même fait des détours pour ramener près du bateau .
    Bref en lisant votre texte je sens que cela va changer à Nouméa aie aie aie j’ai peur !
    je suis obligée d’y aller pour des raisons médicales aie aie aie !!!!
    A part cela je vous souhaite une très belle année 2017 à tous les deux et bravo pour vos voyages
    Josephine

    • afnews dit :

      Merci Joséphine pour ce retour. Nouméa c’est pas si catastrophique que ça t’inquiète pas ! Bon c’est sur vous arrivez pas au meilleur moment mais peut être que les fetes adouciront les moeurs !
      Le Vanuatu d’ile en ile ça a du être une experience de fous ! vous avez du vous regaler !
      Bonne continuation les voyageurs ! il n’y a pas d’age pour profiter de la vie j’admire ce que vous faites 🙂

  • emmanuel dit :

    Salut. Je me reconnais dans vos écrits, j’ai eu la chance de me la couler douce en Calédonie durant une bonne partie de ma scolarité a Nouméa. Retour en Métropole trés difficile décalage énorme!!! stresse, pression… etc, (parti dés 7 ans de Bordeaux et revenu a 16 . J’ai découvert mes parents plus cool en vivant sur le caillou, chouette! moi aussi je me suis trouvé cool. Je vais essayer d’étre nuancé maintenant. J”ai voyagé depuis a travers le monde et je n’ai jamais retrouvé une telle ambiance celle de Nouméa , ce mélange de chaqu”un de nous qui donne un voyage supplémentaire a vivre au quotidien. Cette ile est dans mon coeur pour toujours. Si j’y retourne cela sera pour découvrir la culture mélanésienne et zapper Nouméa en gros, comme j’ai pu le faire en Polynésie en zappant Papeete et aller sur les atolls découvrant leurs mode de vie traditionnelle. La Calédonie ma appris le prix des choses et surtout humaines, Les mélanésiens m’ont appris a l’école, a avoir une forme d’inscousiance face au événement de la vie et cela me sert depuis. La Calédonie a la magie de vous transformer pour la vie ! Elle est unique……

    • afnews dit :

      Merci Emmanuel pour ce retour. La Nouvelle-Calédonie est une Terre complexe et magnifique. Quand tu fais sa connaissance elle reste gravée à tout jamais en toi! (Je l’ai gravée en moi au sens propre comme au figuré!)

  • Pas totalement d'accord dit :

    Alors pour ce qui est du racisme!!
    Étant allé plusieurs fois en France je peut parlé… en france ils méprisent beaucoup trop la NC ! On m’a même demandé” sa faisait quoi d’avoir découvert le slip” ! Ok…. super !
    Insécurité en france tu n’ose même pas sortir avec ton sac de peur de te faire volé! La pollution … Il suffit de regardé paris et tu comprend que la sois disant “Plus belle ville ” est très pollué ! Beaucoup D’Européen et pas de mela sur les baies ????? Ta pas du faire tous le tours a mon avis 😉
    Mais revenons au racisme 🙂
    Quand tu te fait traité de sauvage en france ! Parce que tu vient d’une île qui aide très bien financièrement la france sa fait mal !! Même dans les élection de miss : Un exemple:” Miss NC 2014 Part en france pour miss france on la selectionne même pas dans les finaliste l’année d’après elle part en Philippines et passe dans les 5 dernière finaliste pour l’élection Miss Internationale et la france et éliminé des le débuts !! Pourquoi ? C’est la question que se pose les calédoniens. .. sans réponse ! Mais on est pour autant fière d’être français 🙂
    Et je comprend que c’est votre opinion 😉 mais c’est pas une belle pub quand on voit quand france c’est pire 🙁

    • afnews dit :

      Merci pour ce retour, bien sur cet article ne concerne que moi, et il est surtout à ne pas prendre au premier degré…Je ne parle en effet que de la vie à Nouméa et pas en Calédo en général. Je comprend très bien tous tes points cités, je les modères d’ailleurs dans l’article. Le racisme existe malgré tout envers et contre tous, et c’est ça qui est le plus choquant mais bien sur il existe en France et partout ailleurs. Et je ne dit surtout pas dans cet article que c’est mieux en France, ce n’est pas pour rien que nous l’avons quittée…
      Pour ce qui est de la pub, je ferais toujours un pub merveilleuse de la Nouvelle-Calédonie, qui est un pays magnifique avec une culture très interessante et profonde, mais avec aussi beaucoup de problèmes à résoudre, il n’y a qu’a voir ce qu’il se passe en ce moment à St Louis…
      Le problème en Calédonie c’est que, que ce soit en bien ou en mal, c’est pas possible d’en parler…
      Dans tous les cas, elle restera pour toujours dans notre coeur ! 😉

  • AFRIQUE... dit :

    Bonjour,
    “Ce n’est pas l’Afrique”… Je vis à Libreville au Gabon depuis 4 ans, et commence ma 17ème année d’expatriation hors métropole, et je peux te confirmer que ton ressenti est le même partout dès que nous sortons des repères qui nous ont fait.
    Nous sommes partis du principe que nous faisons nous-mêmes notre paradis, quel que soit l’endroit, et espérons bien un jour le continuer à Nouméa.
    Tes commentaires ne sont pas exagérés mais nous sommes tellement habitués à ce style de vie que nous passons outre ces problèmes, les mêmes partout (insécurité, coût de la vie, etc…), pour nous attacher à découvrir à chaque fois un nouvel environnement culturel et géographique, et finalement ne garder à chaque départ que les bons souvenirs.
    Au final il nous serait beaucoup plus compliqué de nous réadapter à la métropole 🙂
    Bonne continuation.

    • afnews dit :

      Bonjour, je comprend bien ton point de vue, mon article est négatif parce que c’est ce que je voulais montrer, mais on final j’ai adorer vivre en NC et elle sera toujours dans mon coeur. Le truc c’est que Nouméa c’est pas la Calédo c’est juste un bout de France, il faut en sortir pour découvrir la vraie culture. Pour ce qui est de la phrase sur l’Afrique, je voulais changer sa tournure et puis je me suis dit que c’était comme ça que je l’avais écris car pour moi c’est en Afrique qu’il y a le plus de pays en guerre. Je sais que ce n’est pas une généralité, mais I l n’y a qu’à voir Mike Horn, sud Africain de naissance, qui a eu le plus de problèmes en Afrique lors de son tour du monde. Pour finir je suis tout à fait d’accord, avec toi pour la réadaptation à la métropole, c’est aussi pour ça que nous n’avons pas prévu de rentrer! Bonne continuation dans votre vie d’expatriés en espérant que la calédo pourra vous accueillir quand vous aurez décidé d’y aller!

  • Moi qui pensait à quelques années en Polynésie d’ici à 2020… autant Tahiti que la Nouvelle-Calédonie et même Hawaï ont leur problèmes culturels. C’est compliqué ! Tous les expats ont aussi leurs propres soucis qui font peut-être ressortir certains points négatifs de ces paradis 🙂

    • afnews dit :

      Je ne suis pas vraiment d’accord avec toi à dire que les expat amène leurs soucis faisant ressortir le négatif, le racisme, l’alcoolisme ou la violence n’ont rien à voir avec ça, je me suis faite agressée en attendant le bus tout ça parce que j’étais française…Mais tu as raison, ça reste des paradis, le tout et de savoir si tes œillères sont assez épaisses ou non!
      J’ai quitté la France pour ses soucis c’était pas pour retrouver les même et en ajouter d’autres malgré tous les points positifs qui te suffisent pendant un certain temps qui sont surement différents d’une personne à l’autre. Nous un an nous a suffit on est partis au bout de 6 mois de plus. Mais l’aventure se tente, ça fait des expériences de fou et de let rillettes souvenirs à vie. Malgré tout, la Calédonie je l’aime et elle restera dans mon coeur pour toujours! 🙂

  • Stephanie dit :

    C’est fou, je suis venue en tant que touriste donc dans un tout autre état d’esprit, et pour bien moins longtemps. Et pourtant j’aurais pu écrire cet article presque mot pour mot (il est toujours en brouillon, je suis lente ahaha)
    Pas la partie sur les relations amicales ou l’intégration, mais tout le reste je partage totalement ce que tu dis.
    Je pense que quand on vient en mode voyage de noces all inclusive on ne voit pas forcément tout ca (tant mieux?) mais moi, je n’ai vraiment pas accroché avec l’ambiance, les gens (de quelque origine que ce soit). L’alcool, l’insécurité ça ne m’a pas emballée non plus (limite je me suis sentie moins bien qu’en Inde!) le racisme, je ne l’avais jamais vécu sauf là bas (et ça fait tout drôle la 1ère fois!)
    Après j’ai aussi adoré plein de trucs mais comme toi y’a aussi eu des moins bons côtés et parfois je ne le dis pas trop parce que les gens pensent qu’on se plaint d’être au paradis 🙂 très chouette article en tout cas! Vous vivez ou maintenant ?

    • afnews dit :

      Merci beaucoup Stéphanie pour ton retour, ça fait toujours plaisir de savoir que l’on est pas les seuls vu que c’est vraiment pas évident de parler des choses que l’on aime pas… La Calédo est un pays magnifique qui me manque énormément et puis je repense à tous ses côtés négatifs et tout ce qu’il se passe en ce moment, et je suis finalement bien contente d’être partie.. C’est effectivement très different d’y vivre et d’y aller en vacances, tant mieux je dirait car ce pays mérite d’être connu malgré tout! Actuellement on est en Australie, sur Darwin. Et toi?

  • Pierre Fabre dit :

    Bonjour,
    Je me permets de réagir sur votre article qui dépeint une Calédonie difficile et fragile, loin du paradis exposé dans les magazines. Vous avez selon moi totalement raison. Personnellement, j’y vis depuis une vingtaine d’année et tout comme vous, j’ai ressenti fortement ces différences sociales, ces rivalités entres ethnies, ces incertitudes, ce malaise profond, ces générations ‘perdues’. La vie ici est parfois très dure pour un expatrié, loin de ses racines, amis, famille. On vous fait bien comprendre que vous êtes un étranger, définitivement.
    Une frange de la population, aisée et méprisante, attise également bien des tensions pour tenter de profiter encore longtemps de privilèges inavouable.
    Bref tout n’est pas facile ici, c’est vrai, mais il y a aussi un environnement exceptionnel, un lagon gigantesque et quasi vierge, une nature incroyables, mais aussi et surtout des cultures et des hommes, des femmes, des enfants formidables. Dans ce pays en devenir, fragile,ou tout est à construire, à la croisée des chemins, on peut aussi choisir d’être optimiste et croire que les bonnes volontés, les progrès, les changements sauront faire évoluer tout ça dans une belle direction.
    Bien à vous!

    • afnews dit :

      Merci pour ce retour. On est d’accord sur le fait que c’est article est à nuancer sur le vécu de la vie à Nouméa et non pas dans toute le Nouvelle-Calédonie qui est un pays magnifique en plein développement qui nous a aussi conquis par ses beautés et la gentillesse de ses habitants au grand coeur ! 🙂

  • claboum dit :

    Bonjour,

    J’ai séjourné un à Nouméa dans le cadre d’un Erasmus en 2014 mais je reste depuis, très concernée par la vie là bas. Il est vrai qu’il a été difficile pour moi de m’intégrer au sein d’une classe où les différentes communauté font bandes à part. Il est vrai aussi que votre article aborde plusieurs réalités du Caillou. Nouméa peut être le lieu de vives tensions, c’est indéniable, mais pas que. Et comme vous le dites, la Calédonie ne se résume pas à Nouméa.

    Je vous rejoindrais surtout sur autre un point : cet article est à nuancer! Certes, des barrières se dressent face nous à notre arrivée mais ces barrières peuvent tomber ! Ce que je retiendrai de la Nouvelle-Calédonie c’est l’espoir. Un espoir et une volonté bien réels de trouver une stabilité, de revendiquer cette multiculturalité qui est devenue la véritable richesse de ce petit paradis. La culture mélanésienne commence seulement à s’affirmer grâce à des auteurs comme Déwé Gorodé ou encore grâce aux représentations du Centre Tjibaou. Caldoches et Kanak sont prêts à composer, à créer ce fameux “destin commun”. La population réagit en masse pour préserver la Mangrove, pour instaurer des réflexes de vie plus écologiques.

    Des problèmes tels que vous les décrivez semblent peut-être plus gros dans un microcosme insulaire telle que la Nouvelle-Calédonie. Cet article est à relativiser. C’est votre ressenti, votre expérience et je le respecte totalement mais je voulais partager cette petite lueur d’espoir, ce versant positif qui est loin d’être une utopie et qu’il est important de mettre en avant! Un peu d’optimisme fait toujours du bien 🙂

    • afnews dit :

      Bonjour Clarisse,
      Merci pour ton commentaire, je suis tout à fait d’accord avec toi et rassures toi, nos autres articles sont plus optimistes 😉 Le but de celui-ci était vraiment de partager ce que nous n’avons pas aimé et ne concerne que Nouméa et notre vie en ville. La calédonie c’est tellement plus que ça et nous aussi nous gardons espoir pour ce magnifique pays !

  • Yo dit :

    Franchement pour y avoir vécu trois ans je ne peux que confirmer. Les caldoches fils à papa qui nous crachent littéralement à la gueule ça va encore mais quand tu vois les zozos qui ce la jouent caldoches et te jettent sous prétexte que ils sont sur le caillou depuis 1 an c est a gerber. Cass pas la tête! Qu on leur donne l indépendance et coupe leurs subventions! Là ils auront une raison valable de nous chier à la gueule

  • KardjoCed dit :

    En France on achete une voiture pour la ville et une voiture pour la campagne ? mdr
    Désolé ici on a pas les moyen alors on achete simplement un 4×4 qui nous permet d’aller partout 😉

    • afnews dit :

      On est d’accord, mais il faut admettre que beaucoup de personnes n’ont jamais fait rouler leur 4×4 dans la terre 😉 Nous nous sommes contenter d’une getz et nous n’avons eu à faire demi tour qu’une fois (1m d’eau), en revanche pour ceux qui vont vraiment en brousse ou bossent dans certains milieux, c’est indispensable…

  • Gabriel Seck dit :

    Bonjour, article intéressant: beaucoup de vérités (avec une bonne préparation de votre voyage, vous auriez eu beaucoup moins de surprises…), mais également pas mal de clichés (tout comme votre petite réflexion sur l’Afrique (” Alors oui, ce n’est pas l’Afrique non plus, ou comme à Mayotte, mais je ne me suis jamais vraiment sentie en sécurité”). En ce qui concerne le racisme, votre arrivée près de Béziers et son atmosphère particulièrement xénophobe, n’a pas trop du vous changer d’ici…Bonne continuation

    • afnews dit :

      Il y a confusion je crois, nous ne sommes pas à Bézier et nous n’y avons jamais vécu.
      Pour ce qui est des clichés, ce n’est pas un cliché de dire que nombreux pays d’Afrique sont en guerre, et pour Mayotte, je ressort juste cette phrase de nombreuses personnes qui y sont allées avant de venir en Calédo, et toutes m’ont dit que ce n’était pas comparable (j’ai repris leur mots… n’y étant pas allée moi même je ne peux pas juger)
      Merci pour ce retour tout de même, sur le blog vous trouverez égalemnt de nombreux articles sur tout ce que nous avons aimé ici, car oui c’est un magnifique pays! 🙂

  • Lea dit :

    Je comprends bien cet article et je suis d’accord sur quelques points. Mais d’accord ou pas, tu as ton ressenti 🙂 Pour être née la, je trouve tous tes points pertinents, mais casiment a chaque fois j’y rajouterai une nuance..
    une mixité difficile : vrai. Et puis, je suis allée dans les kavas, j’ai fréquenté d’autres gens, j’ai pris des gens en stop.. et d’un coup la mixité difficile me paraissait inexistante !
    perte de la culture : tout a fait vrai, en parlant de la culture kanak sur Nouméa. Comme toute ville, la culture de chaque “groupe” se perd et se dilue sur un fond de capitalisme.. La ou ça fait le plus grand choc, c’est bien sur pour la culture kanak, qui est si différente.

    Une situation politique incertaine : étant quelqu’un qui ne croit pas du tout en la politique, je ne crois pas du tout au vote de 2018, et même si une petite partie de la population a peur, en général, tout le monde s’en fou… (de mon point de vue). Attention a dire “on ne sait pas si on sera renvoyer chez nous” : il ne me semble pas que cet condition a été mentionnée clairement si et quand une décision d’indépendance est prise. Le vote de 2004 n’a pas été “non” : il n’a tout simplement pas été fait ! Entre ça et l’arrivée massive de métropolitains ces dernières années, mon petit doigt me dit que le gouvernement en place ne souhaite pas du tout l’indépendance… (une raison parmi tant d’autres de pourquoi ça n’arrivera pas)

    Un racisme omniprésent : je suis en ce moment a Quarante près de Beziers, et parait il qu’il y’a une mini rivalité avec le village voisin, Cruzy. Et l’amie chez qui on était ce soir, habitante dans le région depuis plusieurs années, c’est fait dire dans la rue a la sortie d’un bar de la part d’un étranger : ” Tu ne seras jamais de quarante toi”. Tout ça pour dire que chaque petit lieu a tendance a vouloir se créer (ou maintenir) son identité et cela passe souvent malheureusement par le rejet de l’autre. De la a dire que c’est plus fort en NC, je ne sais pas, je ne crois pas…

    Une insécurité bien présente : a part les cambriolages a répétition, j’avoue ne pas avoir ressenti de grandes violences en Calédonie.. Je n’ai casiment jamais eu peur en tout cas. Bien sur j’entends de plus en plus parler de choses pas cools.. je ne dis pas que ça n’existe pas. Ce n’est juste pas mon ressenti.

    pollution : oui bien vrai… malheureusement. Mais ça va venir !

    Une vie très chère : Oui bien sur. Une partie de moi a toujours, bizarrement, aimé ça d’une certaine façon, car je n’ai jamais été poussé a la sur-consommation !

    Des relations superficielles : étant d’ici, je suis bien entendue pas d’accord avec ce point la. Arriver en couple dans un endroit est toujours moins évident que seul aussi…

    La NC ne se résume pas a Nouméa : oooh oui 🙂 et oui Nouméa a quelque chose d’étouffant, de faux, et de beaucoup moins beau que tout le reste de l’ile. J’ai néanmoins appris a l’aimer ces dernières années, mais c’est souvent les rencontres qui font tout le boulot ! Et aussi le fait de trouver du travail facilement..
    Une ville surement beaucoup moins plaisante qu’il y’a quelques années, mais qui me coupe toujours le souffle en voiture en longeant la promenade Pierre Vernier par exemple.. 😉

    Lea, 1:30am, Quarante !

    • afnews dit :

      Ouha Merci Léa pour ton retour complet! Bien-sûr que tout les points que j’ai mentionné sont à nuancer, mais l’article aurait pris trois pages 😉 et j’ai déjà parlé tant de fois de tout ce qui nous a plut que je voulais vraiment axer cet article sur le “négatif”. Pour la mixité c’est comme partout il suffit d’avoir envie de s’intégrer et de partager. Pour la politique surtout les derniers mois j’en ai entendu parlé partout et par tout le monde que ce soit sur Noumea ou sur les loyauté, sans aborder le sujet, juste parce qu’on était zoreilles et concernés. Et pour ce qui est de renvoyer les non locaux chez eux rien n’est dit mais comme dans toutes les anciennes colonies françaises ce sera surement la finalité… Pour le racisme, je n’ai pas dit qu’il était plus fort en caledo qu’ailleurs ou alors je me suis mal exprimée, mais il existe comme partout, la différence pour les “blancs” que nous sommes, c’est que nous n’avons pas l’habitude que ça nous soit dirigé, et j’ai bien dit que nous habitions dans une ville privilégiée en France! Je connais Béziers et je vois très bien de quoi tu parle! Pour l’insécurité étant un petit pays le moindre problème fait la une de l’actualité mais je ne compte plus les voitures brûlées je ne parle même pas des cambriolages, et quand ça te touche de près on remarque de suite plus de choses… Pour la vie chère je suis d’accord mais au final la surconsommation existe quand même à un niveau moindre forcément mais parfois payer plus cher des produits locaux que des produits importés je trouve pas ça normal… La nc est un très beau pays qui a été le nôtre pendant un an et demi, mais il doit être préservé… nous avons grandit et apprit tellement de choses là bas que nous n’avons aucun regret 🙂 bon séjour à Quarante petite étrangère!

  • Emilie dit :

    Et bien c’est exactement ça! On n’a ressenti la même chose..on est rentré au bout d’un an et un mois (une de nos voitures a lâché ce fut la gouttes d’eau..la prise de la décision). On a idéalisé, on en a rêver, on s’y ai préparer..on avait même pensé être déçu mais pas de cette façon..On ne regrette rien (si ce n’est que financièrement (hé oui on avait vendu voiture, appart, meuble, électroménager..on pensait y rester bien plus longtemps), dc financièrement le retour en France fut un peu rude^^ et ce fut un peu long de se rétablir..mais on aura beaucoup appris, sur nous même, sur les îles (paradisiaque euhh..on n’a jamais eu assez de sous pour aller à l’île des Pins ou Ouvea —> au vu du séjour on n’a préférer aller en OZ) bref, ce voyage a été plus que surprenant et très enrichissant. bravo pour ce résumer!!
    Par contre en NC au bout de 3 jours on avait rencontrer pleins de monde, eu pleins de contact, écouter milles récit de voyageurs, on s’est senti expatrier, courageux d’être partie, en plein envol..en rentrant en France on a changer de département, ca fait bientôt un an et on ne connait que nos voisins…Bonne route^^

    • afnews dit :

      Je suis vraiment désolé pour vous, malheureusement il y a énormément de gens dans votre cas… Tout quitter pour tout recommencer et devoir recommencer encore… L’argent est souvent un problème, et tt le monde pense qu’en caledo on gagne bien mieux qu’en France, ce qui n’est pas forcément vrai… Pour notre part nous avons pu commencer à visiter l’île des pins au bout de 6 mois et Ouvéa et Maré au bout d’un an et demi ! Pour ce qui est des rencontre cest un des points positifs de la Nc, les rencontres sont facilités et les échanges aussi, sourire dans la rue parler à des inconnus… On l’a encore plus vu au Vanuatu et ici en Australie. La France vie dans la peur, les étrangers font peurs et on s’en fou de la vie des autres au final ! Mais il n’y a que nous pour changer ça! Bon courage pour votre retour,

  • anne dit :

    Très bien écrit et intéressant c’est bien d’avoir un autre point de vue sur cette île qui nous paraît si paradisiaque.

    • afnews dit :

      Merci de ton retour. Oui je pense que c’est aussi important de connaître les côtés “négatifs” il y a tellement de positifs que ça ne gâché en rien…

  • totorotsukino dit :

    je peux comprendre ton ressenti, tu l’expliques bien, ce n’est pas parce qu’on habite une île “paradisiaque” qu’on y est forcément bien!

    • afnews dit :

      Merci ça me touche un retour comme ça! J’ai essayé de faire ressortir les mauvais côtés tout en gardant les bons, comme partout tout n’est pas tout rose ça ne veux pas dire qu’on à pas aimé notre vie là bas, on a juste pas “tout” aimé! 😉

      • Lavanga dit :

        Hello, je ne connais pas Nouméa mais ce qui est étrange ou pas c que g revu mes 1 an et demi en Martinique et guadeloupe sur pas mal de points ça se rejoint. ..bien-sûr chaque île à ses spécificités mais dans cette lecture g ré vécu aussi mes deux expériences dans les Antilles. ..g vécu bcp à l étrangers à Montréal, Bruxelles, et à Buenos aires en Argentine et socialement g toujours bien réussi à m intégrer le plus difficiles fut aux Antilles et ce n est pas faute d avoir essayé deux fois à deux époques différentes. .

    • AhBon? dit :

      Oui, c’est autrement plus parlant qu’un point de vue de touriste !

      • afnews dit :

        C’est bien le problème beaucoup de personne pense connaitre un pays en y allant en vacances au maximum un mois… Vivre dans un pays ou le visiter ce n’est pas du tout la même chose ! Merci 😉

        • TOLLAB dit :

          merci AFNEWS je pense que c’est exactement ce qu’il faut dire, vivre dans un endroit et y passer 1 mois en vacances ce n’est pas la même chose!!!!!!!!!!!

          • afnews dit :

            Exactement, vivre dans un pays permet d’y voir bien plus d’aspect qu’en y allant en vacances, même si certaines personnes savent aussi très bien se mettre des oeillères même en vivant dans le pays…

Leave a Reply

WordPress spam bloqué par CleanTalk.