Nous y voilà… Quatre ans après, nous sommes de retour à l’aéroport de Toutouta, à Nouméa. Cette fois, nous ne savons pas si nous reviendrons ici un jour. C’est donc le cœur lourd que nous quittons une fois de plus la Nouvelle-Calédonie… Quelques semaines plus tard, on fait le point sur notre retour en France après 4 ans d’expatriation.

Retour en France après 4 ans d’expatriation

Un mois…

Cela fait déjà un mois que nous sommes de retour. Le temps m’a paru à la fois passer à la vitesse de l’éclair et jouer la prolongation en même temps.

Nous n’avons pas été très présents, ni ici, ni sur les réseaux sociaux, ce n’est pas pour rien ! Alors, il s’est passé quoi depuis notre retour ? Dans quel état d’esprit sommes-nous ? Nous allons essayer de répondre au mieux, à toutes les questions qu’on nous pose depuis quelques mois…

Retour en France

après 4 ans d’expatriation

Il y a 4 ans de ça, en septembre 2014 nous avons pris un tournant décisif dans notre vie. Nous avons pris notre envol vers l’inconnu, vers une liberté insoupçonnée. Un grand départ pour une aventure que nous ne regretterons jamais et dont nous garderons à jamais, des souvenirs mémorables.

Une expérience qui changera à jamais notre façon de vivre et de voir la vie.

Petit retour sur notre expatriation

Il ne s’est passé que 4 ans, mais j’ai eu l’impression d’avoir vécu plusieurs vies !

Nous avons fait un road trip de deux mois en Nouvelle-Zélande (faudra qu’on t’en parle un de ces jours d’ailleurs !). Une expérience très riche, tant par ses paysages, que par ce que ça nous a appris de la vie et des gens que l’on croit connaître. Une chose est sûre, on ne refera pas deux fois la même erreur ! (ce serait trop long de revenir dessus !)

Après ça, on a vécu deux ans en Nouvelle-Calédonie. Ces deux années se sont réparties en deux expériences complètement différentes. Encore une fois, nous avons essuyé les plates-bandes d’une relation amicale très compliquée, ainsi qu’une situation professionnelle fatigante. L’année suivante s’est déroulée de manière incroyablement simple, dans tous ses aspects. Autant la première année, il nous tardait de repartir, autant lors de la deuxième année, on aurait bien posé nos valises un peu plus longtemps.

Entre nos deux années en Nouvelle-Calédonie, on a vécu un an et trois mois dans notre van et sur les routes australiennes. L’Australie, ce pays qui fut un véritable coup de cœur pour nous. Une expérience incroyable de simplicité, de bienveillance, de révélations, de dépassement de soi et de découverte des autres. Bien sûr, comme à notre habitude, nous n’avons suivi aucun plan et pour le coup, il nous reste encore beaucoup d’endroist de l’Australie à découvrir. Mais on y a aussi découvert un mode de vie simple, loin du stress. On a pu s’y faire une expérience professionnelle incroyable, et très diversifiée allant de petits boulots en gros chantiers. Nous y avons découvert un monde du travail à cent mille lieues de celui qu’on connait… De quoi se rendre compte que si on le veut, les choses peuvent être différentes…

À la fin de notre visa australien, on a voyagé trois mois entre Bali, Singapour et la Malaisie, alternant entre vacances et travail, via le Workaway. Tu le sais sûrement déjà, Bali ne nous a pas vraiment conquis, en revanche, la Malaisie est un pays dans lequel on reviendrait volontiers, car il nous reste encore beaucoup à découvrir. 

Retour en France après 4 ans d’expatriation
Nouvelle-Calédonie
France je te quitte, bilan de 3 ans d'expatriation
tourisme responsable et durable à Bali

Pourquoi ce retour en France ?

Quand nous sommes rentrés par surprise pour Noël il y a deux ans, un de nos couples d’amis nous a annoncé leur mariage à venir. Il était hors de question pour nous de louper cet événement, d’autant qu’on a eu l’honneur de pourvoir immortaliser ce moment pour eux. (Ou, comment être sûr qu’être photographes de mariage c’est pas pour nous 😉)

Quand nous sommes retournés en Australie, à l’époque, nous avions donc en tête une date de retour provisoire. Puis nous sommes retournés en Nouvelle-Calédonie où nous avons retrouvé un petit bout de nous-mêmes, que nous avions laissé sur place en partant. Plus la date s’approchait et moins on était prêts à rentrer… 

Faire l’aller-retour ? Pourquoi pas, mais il y a tellement d’autres pays qu’on aimerait découvrir. Et puis, 2 ans en Nouvelle-Calédonie c’est déjà pas mal, non ?!

Finalement, on a décidé qu’on allait profiter de ce retour « imposé », pour passer du temps avec notre famille et nos amis. Et puis, on rentre pour l’été dans le Sud-Ouest, y’a pire non ?! (On a bien eu peur que l’été ne se décide jamais à montrer le bout de son nez, mais ça c’est une autre histoire !)

Ce retour en France est pour nous, aussi l’occasion de pouvoir se poser sur nos projets personnels et professionnels. En effet, nous sommes en pleine remise en question professionnelle et le fait d’être en France nous permet (enfin on essaie !) d’y voir plus clair et éventuellement de suivre différentes formations. 

Ces projets sont assez importants pour nous et pour la suite de nos aventures, ils nous prennent beaucoup de temps et d’énergie. C’est pourquoi, en plus des retrouvailles avec la famille et les amis, (et les divers travaux de rénovations dans lesquels nous nous sommes lancés !) nous avons finalement eu très peu de temps pour nous et pour le blog.

Retour en France après 4 ans d’expatriation

Réalités du retour après une expatriation 

Depuis notre retour, j’ai l’impression de ne pas avoir touché terre. La joie de retrouver nos proches a vite laissé sa place à la monotonie, avec cette impression lancinante et désagréable de ne pas, ne plus, être à ma place. 

Je te passe les galères administratives qui nous font prendre conscience que même en étant né Français, rien n’est simple. Nous n’avons d’ailleurs toujours pas de sécurité sociale, devant justifier de trois mois de stabilité résidentielle française, ou trouver un boulot ! 

Mis à part les quelques années qui se sont écoulées, les personnes que nous avons quittées, sont toujours les mêmes. Elles n’ont pas changé et c’est tant mieux pour elles ! En revanche, nous, on a changé…

Le choc culturel, était néanmoins moins important quand nous sommes rentrés à Noël il y a deux ans, peut-être atténué par le fait que ce retour fut de courte durée. À l’époque, nous avions trouvé les gens très agréables, souriants, chaleureux malgré le froid rude de l’hiver. Cette fois-ci, c’est tout l’inverse… Partout où nous allons, les gens sont maussades, grognons voire même agressifs. Je ne reconnais pas la ville dans laquelle j’ai grandi, le stress l’a effacée petit à petit, laissant place à une métropole surpeuplée, au bord du burn-out. 

Le plus dur dans tout ça, reste notre situation de « SDF », passant d’un logement à l’autre sans vraiment être chez nous, chez les autres. Ne pas pouvoir vivre et consommer comme on l’entend. Devoir mettre en sourdine nos habitudes de consommation, car on n’est pas chez soi. Voir que, malgré tes conseils et remarques, ça ne changera pas, car “On n’a pas le temps !” Ou bien, “C’est trop compliqué”. Notre façon de voir la vie et de consommer a changé en quatre ans. Un changement progressif qui nous semble naturel maintenant, mais qui ne l’est pas pour tout le monde. 

Quels sont les projets pour la suite ?

Aucune idée ! Enfin si, trop justement !

Comme je l’ai dis, on est en pleine tentative de reconversion professionnelle, malheureusement ça ne se fait pas en un jour !

Bon pour tout te dire on a beaucoup trop d’envies, on n’arrive pas à se décider ! Comme à notre habitude, on prendra notre décision au dernier moment, laissant faire les choses et le destin.

Rester en France ? Non merci ! Déjà parce que je ne me vois plus travailler en tant qu’infirmière en France, vu les conditions de travail déplorables pour un salaire de misère… Et puis, parce qu’il y a trop de choses ici qui nous hérissent les poils. Francis a fait une réaction cutanée une semaine avant de rentrer et moi, je crois que je suis définitivement allergique à la France !! Un mois depuis notre retour, un mois que je suis malade ! 

De toutes façons, on te tiendra informé, alors n’oublie pas de nous rejoindre sur nos réseaux sociaux et d’inviter tous tes copains !! 

Tu as aimé cet article ? n’hésite pas à l’épingler et à le partager ☺

Retour en France après 4 ans d’expatriation

Prolonge le plaisir, abonne-toi au blog et rejoins-nous sur les réseaux sociaux 

FacebookTwitter, Instagram et Pinterest

© Les textes et photos ne sont pas libres de droits. Tous droits réservés à AF News.

N’oublie pas de voyager couvert pendant ton Working Holiday Visa, profite de 5% de réduction sur ton assurance Chapka*.

chapka assurance

⏤ Rejoins nous sur Instagram ! ⏤

Join the discussion 10 Comments

  • Boursel dit :

    J’ai 67 ans ma première expatriation en 1971 en Nvlle calédonie a 20 ans et demi ! Seul ! J’ai participer à l’extension de l’usine du nickel de doniambo , j’ai habiter val plaisance , porte de fer , Duclos . Depuis j’ai travailler dans le monde entier et suis devenus ingénieur
    J’ai lu avec intérêt vos observations et je dirais que vivre à l’étranger et s’adapter ce n’est pas donner à tous le monde en plus un petit salaire d’infirmière ne permet pas de faire des folies ! Moi en caledonie en 1971 je gagnais 90000 fcfp soit en multipliant par 5,5 ca faisait beaucoup par rapport à un salaire Francais de l’époque , plus tard dans le pétrole je gagnais un salaire confortable ,
    Vous faites partie des petites gens qui à présent quand elles vont au restaurant prennent une photo de ce qu’elles mangent .
    Concernant le Caillou ou j’ai vécus deux ans à la belle époque c’est bien mais temporairement et dans le monde entier vivre sur une île c’est vivre en cercle fermer
    Vous avais parler de la Malaisie que je connais aussi pour y avoir travailler il y a deux ans de cela et etre rester a Kl c’est un pays de Mrd . Vous avais les yeux du touriste tout nouveau tout beau ,
    Pour clore je réside en ce moment dans ma maison familiale de la côte d’azur ou depuis toujours nous voyons des touristes idiots !!
    Vivre à l’étranger n’est pas donner à tout le monde , habituellement je réside avec ma famille dans ma villa du Kenya a mombasa .
    Je sait vous avez beaucoup bouger ! Mais de concret vous avez fait quoi ?
    Moi a 29 ans j’avais créer une entreprise de bobinage et d’électricité au Congo ou j’ai eu employer jusqu’à. 250 personnes .
    Mais je n’ai jamais raconter ma vie comme vous le faites de la votre pensant que vous avez vécus des aventures fantastiques !

    • afnews dit :

      Whaou félicitation, le monde existe grâce à vous !
      Sans déconner, à aucun moment nous ne disons que nous vivons des aventures fantastiques… enfin si!!! On le dit, parce que c’est vrai!!!! Une aventure fantastique pour nous !
      Vivre à l’étranger ce n’est pas donné à tout le monde, non ! Et créer une entreprise et devenir le roi du pétrole n’est absolument pas dans nos ambitions, qui soit dit en passant est complètement différent de nos jours qu’il y a 40 ans !
      Les “petites gens” qui prennent en photo ce qu’elles mangent ? ça nous arrive très rarement. Et si notre contenu ne vous plait pas, passez tout simplement votre chemin.
      Merci de votre retour d’expérience absolument pas constructif , on s’en fout !
      Allé tata
      (nb qui n’a rien à voir, mais l’orthographe c’est pas votre fort pour un ingénieur français qui dit tout savoir mieux que tout le monde..)

  • Très bel article, honnête et sans moralisation. On avoue qu’en lisant tout cela, nous déchantons un peu plus. Et oui, nous sommes à 5 mois du grand retour après 3 années de voyage (avec une année en Nouvelle Calédonie !!). Et les questions fusent à se griller le cerveau…Ce choix nous l’avons fait et en même temps, il s’impose un peu. Les frères et soeurs qui ont des enfants, les parents qui prennent de l’âge, et tout et tout…La vie qui avance quoi ! Mais nous savons déjà que trouver une nouvelle place dans cette société qui ne nous correspond plus va être le plus grand chmilblique de notre vie. Alors, nous envisageons de projets à court terme qui nous permettent de remettre les voiles, avec nos enfants, dans quelques années…Et cette phrase “on n’a pas le temps”, nous sort par les yeux!!! Tous les gens, amis, familles n’ont pas le temps…Est-ce nous qui sommes complètement à côté de la plaque (au pays des bisounours!!) ou la société qui devient folle ?!!! Grande question!! Bon courage dans vos différents projets, quand on croit en quelques choses, il ne faut rien lâcher!

    • afnews dit :

      Merci à vous pour ce témoignage !
      Je ne sais pas si on est au pays des bisounours où si on voit vraiment la vie différemment. Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a plus les mêmes envies ou les mêmes priorités !
      Profitez bien de vos derniers mois, s’ils passent aussi vite que les nôtre, vous serez en France bien plus vite que vous ne l’imaginez !!

  • Hello ! De retour en France après un voyage de plus d’un an dans les mêmes pays que vous (3 mois en NZ, 6 mois en Calédo, 3 mois en Australie, Bali…) nous nous retrouvons totalement dans votre témoignage.
    L’expatriation est une chose intense et merveilleuse qui nous a appris beaucoup sur nous même et sur notre capacité à se débrouiller seuls.
    Ne souhaitant pas non plus faire un tour du monde, notre bref “retour” en France est pour nous un plaisir un un choc en même temps. Nous sommes heureux d’y avoir retrouvé familles et amis, cependant, l’irrespect, l’agressivité, le stress des gens, le sentiment d’être noyer dans la masse, l’immobilité… nous pèse et après 2 mois en France nous savons que nous avons hâte de poursuivre notre route ailleurs.
    Cette liberté que nous avions sur les routes Néozélandaises et Australiennes en van, la sympathie des gens croisés sur notre route, le plaisir des rencontres, les échanges culturels en Calédo… tant de choses que nous n’arrivons jamais à retranscrire à nos proches, pour qui la vie n’a pas bougé d’un poil…
    Nous prenons plaisir à vous suivre et à vous lire et espérons que vous mènerez à bien vos nouveaux projets de vie !
    Amicalement,
    Hortense & Rémi

    • afnews dit :

      Salut vous deux, merci pour votre témoignage.
      Ça me rassure de voir que nous ne sommes pas les seuls à ne pas supporter ce retour et avoir envie de repartir au plus vite !! C’est vrai que c’est très compliqué car on a l’impression que nos proches ne se rendent pas compte de la valeur de ce qu’on a vécu depuis tout ce temps, et pourquoi on a changé..
      Au plaisir de vous lire également 🙂 Et bonne continuation dans la suite de vos projets !

  • Lucile dit :

    Je vous suis depuis un petit moment déjà (quand j’ai commencé à recevoir des critiques familiales sur le fait que je suis trentenaire, mariée, à vouloir voyager, et qu’il faut que l’on se pose). Nous avons un parcours un peu similaire (enfin, côté âge et voyage !). Et nous comprenons parfaitement ce choc culturel. Nous n’avons encore pu en parler à personne (nous sommes revenus en France fin septembre de 8 mois en Australie, un énième retour !), et nous ne nous sommes tjs pas réadaptés. Mais, et c’est normal, personne ne comprend autour de nous, d’où l’intérêt de ne rien dire pour ne saouler personne ! Mais entre perte d’énergie, déprime, envie de retourner sur les routes, désintérêt complet pour les boulots merdiques en France, allergie totale à la mentalité française (on ne va pas faire une généralité, mais… quand même… entre des kiwis ou des Australiens et des Français, il y a un monde de bonne humeur et de gentillesse !), nous avons la totale depuis 10 mois maintenant (déjà… je viens de calculer sur mes doigts, j’en ai la mâchoire qui s’est décrochée !!).
    Et, autre point commun, je suis médocaine (nous vivons en ce moment à Lacanau) et nous avons vécu à Biarritz et Anglet quelques années !! Si un jour vous passez par Lacanau, faites signe, cela nous ferait vraiment plaisir de rencontrer des voyageurs et des personnes avec qui nous pourrons échanger sur plein de trucs ! (Sinon, il y a des chances que sur certains de nos week-end de trois jours, nous descendions dans le Pays basque !). Adishatz !!

    • afnews dit :

      Hello Lucile, merci pour ton retour.
      C’est vraiment dommage de ne pas pouvoir parler du mal être dans lequel vous êtes actuellement et depuis votre retour… J’imagine que c’est d’autant plus dur car si tu as peur de saouler les gens avec ton ressenti, c’est que tu n’as surement pas de soutient de leur part…
      Je pense que c’est très difficile de se réadapter à la mentalité française quand tu as connu et vécu dans un milieu anglo-saxon…
      Ce serait avec plaisir de papoter autour d’un verre cers Lacanau, on y va souvent en été 🙂

  • Em dit :

    Bel article 🙂 J’étais curieuse de lire vos ressentis, j’imagine que ça ne doit pas être facile de ne pas trouver sa place ou sentir qu’on n’est plus vraiment chez soi…
    Ravie de savoir que votre to-do list déborde de projets ! Bon courage !

    • afnews dit :

      Hihi merci !
      Ce n’est qu’un bilan à un mois de notre retour, je pense que nous n’avons pas encore assez de recul, mais comme on n’a pas l’intention de rester plus de 3 mois, il n’y a pas de raison d’avoir besoin de plus ! 😉 La TO-do est trop longue c’est bien le problème, il faudrait gagner au loto et avoir plus d’une vie 🙂

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.